PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      

RECHERCHE PAR MOTS-CLÉS      RECHERCHE PAR MOTS DISPERSÉS      RECHERCHE PAR MOTS CONSÉCUTIFS


TITRE
Le subjonctif dans la prémisse (636)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (444)
La subordination et les subordonnées (520)
Les subordonnées adverbiales (595)
Le système conditionnel (629)
Les ressources de la prémisse (633)

PAGES SŒURS
Le subjonctif dans la prémisse (636)

SOMMAIRE
Le plus-que-parfait du subjonctif
Le subjonctif sans inversion
Le subjonctif avec inversion semi-concessive
Le subjonctif dans la coordination des prémisses
Le subjonctif dans la mise en relief

Le plus-que-parfait du subjonctif

Les emplois spécifiques du plus-que-parfait du subjonctif dans le système conditionnel appartiennent au style soutenu.

§ Le plus-que-parfait du subjonctif concurrence le conditionnel passé dans tous ses emplois.

Il peut remplacer le conditionnel passé dans la conclusion, c'est-à-dire dans la principale qualifiée par une prémisse. Voir la page connexe Les ressources de la conclusion.

Il peut remplacer le conditionnel passé absolu dans la proposition indépendante. Voir la page connexe Le conditionnel absolu.

Il peut remplacer le conditionnel passé dans la prémisse. Voir la page connexe Le conditionnel dans la prémisse. Dans l'exemple qui suit, la prémisse est semi-concessive.

il eût annoncé l'incendie de la rue, que sa figure n'eût pas été plus lugubre (Stendhal)

§ Le plus-que-parfait du subjonctif concurrence aussi le plus-que-parfait de l'indicatif comme prémisse irréelle passée.

je fusse tombée s'il ne m'eût tenu
si quelqu'un lui eût dit cela, il eût hoché la tête
s'il eût écouté son impatience, Frédéric fût parti à l'instant même (Flaubert)
Sa trouvaille fut l's à l'anglaise de Maxim's. Il eût appelé sa boîte Maxim, que le succès eût été diminué de moitié (L. Daudet)

Il est permis de se servir du plus-que-parfait du subjonctif dans la prémisse sans s'en servir dans la conclusion ou de s'en servir dans la conclusion sans s'en servir dans la prémisse :

je serais tombé s'il ne m'eût tenu
s'il fût venu, je l'aurais su
je fusse tombée s'il ne m'avait tenue

§ Le plus-que-parfait du subjonctif concurrence aussi le conditionnel passé avec inversion. Comme avec le conditionnel passé, la conclusion peut être introduite par que.

la route eût-elle été plus sèche, l'accident ne se serait pas produit
en eût-il conçu le projet, il n'eût pas eu le courage de l'exécuter
l'eût-il demandé, nous eussions immédiatement accepté
s'il fût venu, elle eût été heureuse
eussiez vous agi autrement

Le subjonctif sans inversion

§ Exemple liminaire

qu'on l'insulte, (et) il se battra avec acharnement

§ La subordonnée [que * sujet * subjonctif] peut avoir une valeur conditionnelle ou une valeur semi-concessive.

§ Si la valeur est conditionnelle, la conclusion peut être introduite par l'introducteur de conclusion et. L'introducteur de conclusion et est incompatible avec l'interprétation semi-concessive.

§ En principe, tous les temps du subjonctif sont permis dans la prémisse. Le présent et l'imparfait sont les temps les plus courants.

§ Avec quelques verbes existentiels, tels que

venir
venir à
survenir
surgir
arriver
paraître

que peut être omis.

§ Exemples

Nuance conditionnelle

qu'elle me fasse attendre encore un quart d'heure et je m'en vais (Musset)
qu'il [l'art] traduise la souffrance et le bonheur de tous dans le langage de tous, et il sera compris universellement (Camus)
qu'il enlève le masque autoritaire, (et) il devient gentil et amusant
qu'il eût décidé de rester, (et) nous n'aurions pas eu le moyen de le loger
qu'il fasse beau demain, (et) j'irai à la pêche
qu'il fasse un pas, je l'assomme
qu'il parle et tous obéissent
qu'il parte maintenant, (et) tout est à recommencer
qu'il parte, (et) tout le monde le regrettera
qu'il s'en aille, tu l'oublieras
qu'il se fasse attendre encore un quart d'heure, (et) je m'en vais
qu'il soit parti une heure plus tôt, (et) nous ne l'aurions jamais vu
qu'il vienne et tout est fichu
qu'il vienne et tout va s'arranger
qu'il vienne rouspéter, (et) je m'en charge
qu'on l'assassine, (et) personne ne sera de taille à le remplacer
qu'on l'insulte, (et) il se battra avec acharnement
qu'on le chasse, il revient ; qu'on le batte, il se couche à terre (Courier)
qu'on le pousse, et il peuplera ce désert (Camus)
qu'on trouve cette lettre et il est fini
qu'un poignard, un pistolet atteignent le but, qui succédera au général Bonaparte ? (Bainville)
qu'un resquilleur soit arrêté dans le métro, qu'un sans-papiers soit interpellé devant une école, et s'érige, brusquement, une frontière entre les Français (C.Barbier)
qu'un seul trait soit de trop et la description n'est pas bonne
qu'une crise se déclarât, et c'était un désastre (Zola)
qu'une gelée survienne et tous les bourgeons seront brûlés
que l'un de mes amis bavardât un peu trop longtemps et c'était la catastrophe (Nourissier)
que je ferme les paupières, et je revois l'hôpital
que l'empereur quittât son rôle [...], apparaissait le Napoléon coléreux et comédien (Malraux)
que l'ennemi vienne, le lâche s'enfuit
que l'on prenne ces hommes dans leur particulier, dans l'exercice de leur métier et l'on retrouve cette volonté de dévouement charitable
que l'une cède et la citadelle tombera
que les chênes fatidiques soient coupés, ces solitudes ne sont pas déchues du pouvoir (Barrès)
que Pierre dise la moindre chose, (et) Paul le contredit immédiatement

Nuance semi-concessive

qu'il s'agisse de son propre fils, (*et) il punit le mensonge impitoyablement
qu'il s'agisse des plus grands compositeurs, (*et) rien ne l'intéresse qui est postérieur à la période classique
qu'il vienne me voir, (*et) je ne le recevrai pas

Sans que

arrive le soir
paraisse un grand génie surprenant, tel ce grand Einstein, et voilà tous ces hommes de lettre qui versent un filet de relativité dans tous leur fricot (Duhamel)
sonne l'heure du choix
surgisse un phénomène naturel dévastateur
survînt la moindre crise
survienne une gelée, et tous les bourgeons seront brûlés
vienne l'enfant et tout redevient normal (Bazin)
vienne l'occasion, ils iront à la bataille comme ils allaient au bal (Doumic)
vienne l'hiver
vienne la fin du mois
vienne la glace à se rompre
vienne un orage
vienne une crise nationale, toutes les volontés s'unissent
vienne une vraie douleur
viennent les beaux jours

Nuance optative

Une valeur optative peut s'associer à la valeur conditionnelle :

que j'arrive au pouvoir et l'on verra

Nuance temporelle

Le subjonctif absolu est aussi une jonction temporelle :

vienne l'été, ces plages se couvriront de baigneurs

Le subjonctif avec inversion semi-concessive

§ Exemple liminaire

dussé-je perdre de l'argent, j'irai jusqu'au procès

§ L'inversion semi-concessive se construit avec l'imparfait ou le plus-que-parfait du subjonctif.

§ L'interprétation de la prémisse est toujours semi-concessive. Donc fît-il gris dehors équivaut à même s'il faisait gris dehors ou quand même il ferait gris dehors. On peut combiner l'imparfait du subjonctif avec même : même fît-il gris dehors. Cet emploi de même est rare.

§ La langue littéraire admet n'importe quel verbe dans cette construction, mais la langue commune préfère se limiter aux verbes légers les plus courants (être, avoir, pouvoir, devoir).

§ La conclusion peut être au conditionnel ou au futur.

§ La conclusion peut être introduite par que : eût-elle été la plus scrupuleuse des femmes qu'elle n'aurait pu avoir de remords (Proust)

§ Si le sujet est conjoint, l'inversion est une inversion simple conjointe. Autrement l'inversion est une inversion complexe.

L'inversion simple non conjointe se rencontre dans la langue littéraire.

Inversion conjointe simple

dût-elle se brouiller avec la famille entière (Montherlant)
dût-il être condamné, il refuserait de parler
dût-il m'en coûter, je ferai mon devoir
dût-il m'en vouloir, je le ferais quand même
dussé-je être blâmé, je vous soutiendrai
dussé-je en mourir, je défendrai ses droits
dussé-je me jeter par la fenêtre (Proust)
dussé-je mourir, je ne renoncerai pas à mon projet
dussé-je périr à la tâche, j'en aurais le cœur net (Anouilh)
dussé-je perdre de l'argent, j'irai jusqu'au procès
dussé-je te perdre, tu m'entendras (Green)
dussé-je vivre cent ans, je n'oublierais pas le plus infime détail (M. Leblanc)
dussent les passants vulgaires ne pas l'apprécier (Proust)
dussions-nous en pâtir, telle est notre devoir
dussions-nous y laisser toutes nos forces
en eût-il conçu le projet, il n'en aurait certes pas eu le courage
eût-elle été la plus scrupuleuse des femmes qu'elle n'aurait pu avoir de remords (Proust)
fût-elle adoptive, on n'enlève pas une mère à ses enfants (Bazin)
fût-il le diable en personne, il ne me ferait pas peur
fût-il le meilleur, il doit travailler
fussé-je réduit à la dernière extrémité, je persisterais
fussiez-vous l'empereur de Chine, je ne vous prêterais pas un kopek
il est parfois capable d'aller jusqu'au bout de ses idées, risquât-il d'aller jusqu'au bout de ses erreurs (Duhamel)
j'ai pris le parti de la suivre, dût-elle aller au bout du monde (Abbé Prévost)
je connaîtrai le vérité, dût-elle être la plus horrible
l'eussé-je rencontré, je ne lui aurais pas parlé
les hommes ont droit à la tranquillité, fût-elle mensongère (Anouilh)
n'en fût-il qu'un seul
n'y eût-il qu'une chance de succès sur mille, il faudrait essayer
pour rien au monde il ne prendrait du Picasso, lui en donnât-on (Dutourd)
se poursuivît-elle [la conversation] jusque'à la fin du monde, le temps me semblerait trop court (Beauvoir)
y eût-il d'autres possibilités, je resterais fidèle à mon choix

La formule ne fût-ce que (variante de ne serait-ce que) s'inscrit dans ce cadre :

ne fût-ce que pour le principe
ne fût-ce que pour quelques jours
ne fût-ce que pour nous ennuyer

L'emploi de et au sens de même si est un latinisme archaïsant : il faut les combattre, et fussent-ils trois contre un.

Inversion complexe

cela dût-il les faire ressembler à des êtres monstrueux (Proust)
cela dût-il nuire à votre émotion (Gide)
elle était prête à s'enfuir avec son amant, dût le scandale éclater et rejaillir sur la famille
Pierre dût-il mourir, il ne renoncerait pas à son projet
tous mes amis m'abandonnassent-ils
toutes les portes de la terre se fermassent-elles contre vous avec des malédictions (Bloy)

Inversion non conjointe simple

L'inversion non conjointe simple se pratique surtout avec devoir et quelques autres verbes légers, mais en théorie elle est possible avec n'importe quel verbe.

?m'abandonnassent tous mes amis
dût la beauté du vieux monde périr avec lui (Rolland)
dût le ciel me frapper
dût le pire se produire
dût le prétexte leur en être fourni par des tiers (Romains)
dût le supplice de Baillard en être prolongé (Barrès)
dussent m'abandonner tous mes amis

§ L'imparfait du subjonctif du verbe devoir est un véritable auxiliaire semi-concessif. Il appuie n'importe quel verbe (autre que les verbes légers être, avoir, pouvoir, qui n'en ont pas besoin) pour leur permettre d'assumer une valeur semi-concessive. Le verbe devoir est vidé de son sens normal lorsqu'il sert d'auxiliaire semi-concessif.

Cet emploi du verbe devoir présente aussi la particularité qu'il permet l'inversion non conjointe simple :

tous mes amis dussent-ils m'abandonner
dussent m'abandonner tous mes amis.

Voir l'étude détaillée du spectre grammatical du verbe devoir à la page connexe Verbes multistructurels - devoir.

§ Il y a une analogie entre l'emploi de devoir comme quasi-auxiliaire semi-concessif et l'emploi de pouvoir comme quasi-auxiliaire optatif. Voir la page connexe Subjonctif - emplois non subordinatifs - présent - rubrique Pouvoir - impératif-optatif périphrastique.

§ Dans les locutions fût-ce et ne fût-ce que, le pronom ce peut avoir un antécédent imprécis : il peut renvoyer à un groupe nominal quelconque, à une proposition quelconque ou à une idée abstraite quelconque. Il ne s'accorde pas nécessairement en nombre avec son antécédent.

fût-ce les actes les plus cruels
fût-ce les buissons les plus épineux
fût-ce pour des raisons humanitaires
ne fût-ce qu'un instant
ne fût-ce que de simples relations de politesse
ne fût-ce que pour la soulager

§ Pour l'examen de la locution n'eût été, voir la page connexe Les ressources mineures de la prémisse - rubrique Inexistence et inversion dans la prémisse.

Le subjonctif dans la coordination des prémisses

§ Voir l'examen détaillé de la coordination des subordonnées à la page connexe La subordination - la coordination des subordonnées.

§ Dans la coordination de deux prémisses introduites par si, la conjonction de la deuxième prémisse peut être remplacée par la pro-conjonction que. Le subjonctif est facultatif dans la seconde prémisse.

?si vous venez et si je ne suis pas là
si vous venez et que je ne sois/suis pas là

si vous avez déjà consulté les liens indiqués ci-dessus, mais que vous devez prendre contact avec nous

§ La substitution de que à la deuxième conjonction est possible quelle que soit la nuance de si. La conjonction si peut avoir une valeur conditionnelle, temporelle ou semi-concessive.

§ La substitution est possible quel que soit le type logique de la coordination (et, ou, mais, etc.).

§ La substitution est possible quel que soit le temps des propositions coordonnées. Par exemple, si les deux prémisses sont irréelles, la première sera au plus-que-parfait de l'indicatif et la deuxième au plus-que-parfait du subjonctif : si vous étiez venu et que je n'eusse pas été là.

§ Comme si peut être représenté soit par que soit par si :

il répétait la même phrase sans cesse, comme si elle avait été d'une importance vitale ou qu'il n'ait connu d'autres mots =
il répétait la même phrase sans cesse, comme si elle avait été d'une importance vitale ou s'il n'avait connu d'autres mots

§ Exemples littéraires

Subjonctif

comme s'il était arrivé jusqu'au bord même d'un abîme et qu'il le trouvât à ses pieds (Jaloux)
comme si la Mère de Dieu résistait et qu'il fallût la vaincre à force de prières et d'objurgations (Barrès)
comme si vous bandiez un arc et que soudain vous ayez lâché sa corde (Butor)
si j'étais général et que j'eusse perdu une bataille, maman me dirait - « ne pleure pas, je vais te faire une crème au caramel » (Duhamel)
si jamais vous allez à Rome et que vous puissiez y faire un petit séjour, je vous donnerai des adresses (Romains)
si mon nez ne vous plaît pas ou que la coupe de mon corsage ne vous paraisse pas conforme à la mode (Green)
si on la laisse sur la droite et que l'on suive le bas de la côte Saint-Jean, bientôt on arrive au cimetière (Flaubert)
si parfois ils se trouvaient seuls et qu'elle l'embrassât, il frissonnait de la tête aux pieds (Gaboriau)

Indicatif

c'était comme si, tout d'un coup, mille souvenirs s'effaçaient de sa mémoire, et qu'elle devenait une autre personne (Green)
comme si la vie leur était une prison et que, tout à coup, quelqu'un leur désignait une issue (Mauriac)
on peut offrir des orchidées à une dame, sauf si elle sait le grec (et qu'elle a l'esprit mal tourné) (A. Rey)
s'il faisait froid et que la bonne montait lui allumer du feu, il attendait que le feu ait pris (Proust)
si demain un pouvoir pour qui vous auriez estime et confiance se trouvait à votre tête et qu'il vous tendait la main (de Gaulle)
si j'invite un camarade à dîner, et s'il n'accepte pas tout de suite, je n'insiste jamais (Romains)
si vous arrivez par le fond du vallon et que vous débouchez brusquement dans la cour (Schlumberger)

Le subjonctif dans la mise en relief

§ Voir la page connexe Les emplois de si - la mise en relief dans la prémisse.