PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      TITRES PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE

RECHERCHE PAR MOTS-CLEFS      RECHERCHE PAR MOTS DU TEXTE      RECHERCHE PAR UNE CHAÎNE QUELCONQUE


TITRE
Les phénomènes métadiscursifs - vue d'ensemble (509)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (433)
La proposition simple (434)

PAGES SŒURS
Les phénomènes métadiscursifs - vue d'ensemble (509)

SOMMAIRE
Introduction
Le discours comme objet d'un verbe cognitif
Les locutions adverbiales métadiscursives
Les subordonnées causales métadiscursives
Les subordonnées conditionnelles métadiscursives
Les subordonnées concessives métadiscursives
Les subordonnées temporelles métadiscursives
L'interrogation métadiscursive
Impératif et cause métadiscursive
Le participe présent métadiscursif
Deixis à l'intérieur de la phrase
Les mots autonomes métadiscursifs
à
à moins que
ainsi
autant
comme, ainsi que
même que
pour
donc
or
Les phénomènes métalinguistiques

Introduction

Nous disons qu'un élément lexical ou grammatical de la phrase est « métadiscursif » s'il concerne non pas le fait que la phrase est destinée à présenter, mais une caractéristique de la présentation elle-même. L'élément métadiscursif ne concerne pas la chose en question (le fait), mais l'acte de parole (le dit). On se sert aussi des termes latins « de re » et « des dicto ». Par exemple, dans la proposition à vrai dire, Pierre est un peu naïf, la locution à vrai dire ne nous apprend rien sur Pierre et sa naïveté, mais elle jette de la lumière sur ce qui amène le locuteur à en parler. Les adverbes primo, secundo, etc. ponctuent le discours, mais n'en font pas partie. Les adverbes métadiscursifs renforcent la communication en donnant des indications relatives au canal de communication lui-même.

Le discours comme objet d'un verbe cognitif

par tous les moyens, je dis « par tous les moyens »
je répète, par tous les moyens
comme nous l'avons expliqué dans l'introduction
voir la page 123

Les locutions adverbiales métadiscursives

Voir les pages connexes L'adverbe métadiscursif, L'adverbe phrastique.

Les subordonnées causales métadiscursives

Voir la page connexe La subordonnée causale fléchie - les dimensions - rubrique Cause factuelle et cause métadiscursive.

Voir la page connexe La subordonnée causale fléchie - les conjonctions - rubrique Les conjonctions causales - que métadiscursif.

Voir la page connexe La subordonnée causale non fléchie - rubrique Subordonnée causale métadiscursive infinitive.

il a plu, puisque le trottoir est mouillé
Pierre doit avoir raté son examen, puisqu'il a l'air si triste
serait-il malade, qu'il reste au lit ?
fais attention à ne pas tomber, surtout que ça glisse
qu'est-ce qu'il nous veut ce type-là, de nous regarder comme ça ?

Les subordonnées conditionnelles métadiscursives

Voir la page connexe Les emplois de si - les sens non hypothétiques.

qui donc attendrons-nous, s'il ne reviendront pas ? (Hugo)
si tu as soif, il y a de la bière dans le frigo
si le dernier métro est déjà parti, pourquoi nous dépêchons-nous ?
ils se sont fâchés, au cas où tu ne le saurais pas encore

Les subordonnées concessives métadiscursives

Voir la page connexe La concession totale - constructions fléchies.

La subordonnée concessive métadiscursive est une réserve ajoutée après coup, non pas sur le fait exprimé par la principale, mais sur l'acte de parole qui vient de produire la principale. Le locuteur se corrige plus qu'il ne corrige ce qu'il vient de dire. La subordonnée concessive métadiscursive est le plus souvent introduite par encore que, il faut dire cependant, ajoutons toutefois, plus exactement, tout bien réfléchi.

Les subordonnées temporelles métadiscursives

Pour l'examen des subordonnées temporelles employées causalement, voir la page connexe La subordonnée temporelle fléchie - vue d'ensemble des conjonctions - rubrique Emplois non temporels et métadiscursifs.

Pour l'examen des subordonnées temporelles employées concessivement, voir la page connexe La subordonnée temporelle fléchie - quand - rubrique Circonstances et nuances - valeur concessive métadiscursive.

pourquoi partir quand tout nous incite à rester ?
tu t'es subordonné quand tu es fait pour ordonner

L'interrogation métadiscursive

qui donc attendrons-nous, s'il ne rviendront pas ? (Hugo)

Voir la page connexe L'interrogation - phénomènes divers - rubrique Interrogation métadiscursive.

Impératif et cause métadiscursive

c'est pourquoi bois ça

Voir la page connexe L'impératif - les emplois non subordinatifs - rubrique Impératif et cause.

Le participe présent métadiscursif

comment serais-je une pie russe, étant né dans le Marais ?

Voir la page connexe Le participe présent - introduction.

Deixis à l'intérieur de la phrase

Voir les pages connexes Ceci, cela, La syntaxe des numéraux ordinaux.

Ceci, cela, celui-ci, celui-là et les numéraux ordinaux peuvent être employés pour indiquer des éléments de la proposition.

Les mots autonomes métadiscursifs

La plupart des mots autonomes sont métadiscursifs. Exemples :

bien
bof
bon
enfin
euh
quoi

à

La paraphrase de qu'est-ce que tu as à crier comme ça ? est qu'est-ce qu tu as ? je pose cette question puisque tu cries comme ça.

à moins que

Voir la page connexe Les subordonnées adverbiales inclassables - rubrique À moins de, à moins que de.

ainsi

Voir la page connexe Ainsi.

La paraphrase de ils ont perdu le procès, ainsi ils sont ruinés est j'ai appris qu'ils ont perdu le procès et j'en déduis qu'ils sont ruinés.

Voir l'analyse de ainsi que plus bas.

autant

Voir la page connexe Autant - rubrique Autant dans la subordination comparative.

La paraphrase de la proposition tu es mon ami, autant que je crois est j'émets l'hypothèse que tu est mon ami avec une force proportionnelle à ma foi dans notre amitié et non pas le degré de notre amitié est proportionnel à ma foi dans notre amitié. Cette dernière interprétation serait valable s'il n'y avait pas de pause (pas de virgule) entre la principale et la subordonnée.

comme, ainsi que

Voir les pages connexes Les pronoms relatifs - comme, Ainsi.

Dans la proposition ce problème préoccupe beaucoup de gens, comme en témoigne le courrier de nos lecteurs, la subordonnée ne concerne pas le fait contenu dans la principale, mais la véracité de la principale. La principale et la subordonnée appartiennent à deux niveaux de discours différents.

L'interprétation de ainsi que dans ainsi que je l'avais promis est analogue.

même que

Voir la page connexe Même - rubrique Même que - conjonction coordinative.

c'est vrai, même que je peux le prouver
c'est vrai, même que je lui ai promis d'intercéder auprès de saint Joseph (C. Vautel)

pour

Voir les pages connexes Emplois spécialisés de pour - subordination fléchie, Emplois spécialisés de pour - phénomènes divers.

mais qu'a-t-elle donc pour que lui aussi la trouve belle ?
qu'est-ce que j'ai fait à Dieu pour avoir mis au jour un fils si coupable ?

elle est économe, pour ne pas dire avare
pour ainsi dire
pour conclure
pour être bref
pour être franc
pour être plus exact
pour ne parler que du plus important

Donc

Voir la page connexe La coordination - rubrique Donc - détails.

Or

Voir la page connexe La coordination - rubrique Or - détails.

Les phénomènes métalinguistiques

Les phénomènes métalinguistiques constituent un sous-ensemble des phénomènes métadiscursifs. Les constructions métadiscursives concernent une caractéristique quelconque de l'acte de parole. Les constructions métalinguistiques concernent, plus spécifiquement, une caractéristique lexicale ou grammaticale de l'acte de parole.

Les mots de dénomination

Tout les mots de dénomination, tels que appeler, synonyme ou entendre, invitent éventuellement l'emploi métalinguistique des autres mots. Dans la proposition ce à quoi ce monsieur s'adonne ne s'appelle pas écrire une grammaire, le mot écrire ne se rapporte pas à l'acte d'écrire, mais à l'étiquette qui représente l'acte d'écrire.

ce n'est pas là ce que j'entends par gagner sa vie, se faire une situation (Vildrac)
cela s'appelle rester fidèle à l'amitié
elle ne lui avait rien promis, ce qui s'appelle promis
il causent avec ingénuité, avec confiance, avec douceur, et ils appellent cela échanger des idées
impossible n'est pas français
je n'ai jamais bien vu Ménélas, ce qui s'appelle vu (Giraudoux)
je ne partirai que si tu me jures, mais jures ce qui s'appelle jurer, que tu ne me trompes pas (Bataille)
je ne suis pas sûr que les poètes aient vu, ce qui s'appelle réellement voir, des choses extraordinaires (Gracq)
nous nous connaissons, si l'on peut appeler se connaître s'être vus dans le monde (Huysmans)
rien ne prouve qu'il se trompe, ce qui s'appelle tromper (Boylesve)
se lever tard était l'un des synonymes d'être riche, c'est-à-dire d'être libre (Farrère)
si j'avais voulu, ce qui s'appelle voulu
tu ne les a jamais aimées, ce qui s'appelle aimer

Autres mots linguistiques : dire, mot

je n'ai pas dit « j'irai » au futur mais « j'irais » au conditionnel
le mot n'est pas trop fort
et encore le mot de tristesse me paraît faible
elle est économe, pour ne pas dire avare

Prosodie métalinguistique

est-ce que tu as des angoisses ? - je n'ai pas DES angoisses, je suis dans une angoisse perpétuelle (Drieu la Rochelle)
une grue est une femme qui a des amants ; moi je n'ai pas DES amants

La proposition Marie n'est pas « très jolie », prononcée en protestation contre l'affirmation Marie est très jolie avec un fort accent sur très jolie, laisse entendre que Marie est beaucoup plus jolie ou beaucoup moins jolie que ne l'affirme l'interlocuteur.

La proposition je n'ai pas « pas travaillé » depuis avril pourrait avoir la paraphrase tu m'accuses de ne pas avoir travaillé depuis avril, mais je n'ai jamais refusé le travail, c'est que je n'en trouve pas, bien que je me présente pour toutes les offres possibles.

Emplois métalinguistiques des pronoms personnels

je ne comprends pas pourquoi il ou elle a dit cela

Voir la page connexe Emplois métalinguistiques des pronoms personnels conjoints.

qui ça, ils ?

Voir la page connexe Emplois métalinguistiques des pronoms personnels conjoints.