PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      TITRES PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE

RECHERCHE PAR MOTS-CLEFS      RECHERCHE PAR MOTS DU TEXTE      RECHERCHE PAR UNE CHAÎNE QUELCONQUE


TITRE
Les subordonnées complémentales - introduction (509)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (421)
La subordination et les subordonnées (498)
Les subordonnées complémentales (508)

PAGES SŒURS
Les subordonnées complémentales - introduction (509)

SOMMAIRE
Définition
Expression nominale
Rection
La conséquence
Renvois importants
L'espace des subordonnées complémentales
Modalité propositionnelle de la principale
Fonction remplie par la subordonnée dans la principale
Mode de la subordonnée
Noyau dans la principale
Organisation de l'étude des subordonnées complémentales
La thématisation des subordonnées complémentales
Les subordonnées infinitives complexes

Définition

§ Expression nominale

Les subordonnées complémentales sont des expressions nominales qui assurent les fonctions de sujet, d'objet direct, de sujet existentiel, de prédicat, d'apposition prédicative ou d'argument de syntagme prépositionnel par rapport à des noyaux verbaux, adjectivaux, nominaux ou adverbiaux. Il serait plus exact de dire que les subordonnées complémentales sont des expressions nominalisables. Le plus souvent c'est le nominalisateur que qui leur confère le statut nominal.

§ Rection

Les subordonnées complémentales sont régies par leur noyau. C'est un critère essentiel de la définition de la subordonnée complémentale. Nous appelons adverbiales les subordonnées qui sont des compléments non régis par leur noyau.

§ La conséquence

La conséquence est une subordonnée régie par certains pronoms et introduite par que : tellement bête que.... Le connecteur que consécutif est fonctionnellement et historiquement distinct du nominalisateur que et du connecteur que de la comparaison. C'est le caractère régi de la subordonnée consécutive qui nous amène à la ranger parmi les subordonnées complémentales. Voir la page connexe La subordonnée consécutive.

Renvois importants

§ Voir la page connexe La subordination - modèles, dimensions, types pour certaines caractéristiques générales des subordonnées complémentales.

§ Pour une vue d'ensemble des conjonctions des subordonnées complémentales, voir la page connexe La subordination - mécanismes, jonctions, conjonctions.

§ Pour l'emploi du subjonctif et des temps, voir les pages connexes Les subordonnées complémentales - l'emploi du subjonctif, Les emplois des formes du verbe - introduction.

L'espace des subordonnées complémentales

L'espace des subordonnées complémentales a quatre dimensions :

§ Modalité propositionnelle de la principale

subordonnées énonciatives
subordonnées interrogatives

Il y a des subordonnées qui ont une apparence injonctive, mais ce ne sont pas des subordonnées complémentales.

§ Fonction remplie par la subordonnée dans la principale

sujet
objet direct
sujet existentiel
complément prédicatif
argument de complément prépositionnel
apposition prédicative
conséquence

§ Mode de la subordonnée

indicatif,
subjonctif
infinitif
averbal

Exemples de la subordonnée averbale

il prétend que oui
il croit que non
il fait signe que oui

§ Noyau dans la principale

verbe
adjectif
nom
adverbe

Organisation de l'étude des subordonnées complémentales

§ La modalité propositionnelle, la fonction grammaticale du complément et l'opposition fléchi / infinitif apparaissent dans la table des matières.

§ Les noyaux se cachent au-dessous de l'horizon de la table des matières.

§ Les deux modes qui appellent des examens détaillés sont l'infinitif et le subjonctif. Leurs comportements sont asymétriques. Les subordonnées infinitives varient énormément selon les fonctions ; en revanche, l'étude du subjonctif ne fait aucune référence à la dimension fonction. C'est la raison pour laquelle l'infinitif est examiné dans l'espace quadridimensionnel et le subjonctif, en dehors de cet espace.

On verra que l'emploi du subjonctif dans les subordonnées complémentales est réglé par le jeu d'un nombre important de facteurs. Il y a cependant deux facteurs qui brillent par leur absence. Ce sont la fonction remplie par la subordonnée dans la principale (sujet, objet direct, etc.) et le type de noyau (verbe, adjectif, nom, adverbe). Il serait donc absurde de morceler les règles gouvernant l'emploi du subjonctif pour les répartir entre les sections correspondant aux fonctions et aux noyaux. L'emploi du subjonctif mérite donc le statut de sujet majeur dans l'étude de la subordonnée complémentale.

La thématisation des subordonnées complémentales

Voir la page connexe Détachement et thématisation - rubrique L'élément détaché - les catégories grammaticales.

Les subordonnées infinitives complexes

La section consacrée à la subordonnée objet direct infinitive inclut l'étude des trois subordonnées infinitives complexes :

la subordonnée factitive
la subordonnée quasi-factitive
la subordonnée de perception