PAGE D'ACCUEIL      TABLE DES MATIÈRES      TITRES PAR ORDRE ALPHABÉTIQUE

RECHERCHE PAR MOTS-CLEFS      RECHERCHE PAR MOTS DU TEXTE      RECHERCHE PAR UNE CHAÎNE QUELCONQUE


TITRE
L'interrogation - pragmatique (509)

ASCENDANCE
Manuel de la grammaire française (0)
Le syntagme proposition (442)
La proposition simple (443)
La proposition interrogative (483)

PAGES SŒURS
L'interrogation - pragmatique (509)

SOMMAIRE
Les types pragmatiques de l'interrogation
L'exclamation interrogative
L'interrogation injonctive
L'interrogation de la vérification d'un ordre
L'interrogation de reprise dubitative
L'interrogation pseudo-négative
L'interrogation conditionnelle
L'interrogation narrative
L'interrogation délibérative
L'interrogation suspendue
L'interrogation en écho
L'interrogation averbale
Formules usuelles, locutions figées
Demande de répétition d'une phrase mal comprise
Ellipse restituable
Omission d'un verbe léger
Cela / ça dans l'interrogation elliptique
Pourquoi pas ?, pourquoi non ?
Un nom isolé constituant une offre
Un nom isolé constituant une demande de renseignement
Reprise d'un fragment de la phrase prononcée par l'interlocuteur
Interrogation hybride partielle-totale
Demande relâchée d'éclaircissement
La place de l'interrogation dans le discours

Les types pragmatiques de l'interrogation

L'exclamation interrogative

Voir la page connexe La proposition exclamative.

L'interrogation injonctive

L'interrogation injonctive peut exprimer un ordre, une suggestion, une prière. L'interrogation injonctive n'appelle aucune réponse.

alors, tu viens, oui ou non ?
as-tu une cigarette ?
auriez-vous l'heure ?
on y va ?
pourriez-vous fermer la fenêtre ?
vas-tu obéir à mes ordres ?
voulez-vous vous taire ?

L'interrogation de la vérification d'un ordre

je vous conduis au club ?
je vous réveille à l'heure normale ?
je vous mets la soupe à réchauffer ?

À noter qu'on exprime la vérification d'un ordre par le simple indicatif. La vérification d'ordre n'exige ni un mode ni un auxiliaire adapté à l'injonction. L'injonction formelle et l'interrogation formelle s'excluent mutuellement en français.

L'interrogation de reprise dubitative

On peut se servir de l'interrogation pour remettre en question une assertion de l'interlocuteur ou pour faire une demande de confirmation. La méthode in situ s'impose.

alors vous voulez devenir aviateur ?
votre mari est mort - mon mari est mort ?
je me déplacerais pour si peu ? (= alors tu penses que je me déplacerais pour si peu ?)

L'interrogation pseudo-négative

Voir la page connexe L'interrogation - interrogation et négation.

L'interrogation conditionnelle

l'invite-t-on ? - il ne vient pas ; ne l'invite-t-on pas ? - il s'offense

Voir la page connexe Les ressources mineures de la prémisse.

L'interrogation narrative

L'interrogation narrative est un moyen dont le narrateur se sert pour rehausser la vivacité de son récit.

que va faire ce pauvre Jacquot pour vaincre sa peur ?

L'interrogation délibérative

L'interrogation délibérative est une question qu'on s'adresse à soi-même pour catalyser une décision.

que vais-je faire ?
où aller ?
à qui pourrais-je emprunter mille euros ?

L'interrogation suspendue

Dans la langue parlée, l'interrogation partielle peut prendre la forme d'une énonciation tronquée. L'interrogation concerne l'élément supprimé. On fait monter le ton juste avant l'interruption pour souligner le suspens.

parce que ?
tu dis ?
et tu as répondu ?

L'interrogation en écho

¤ La principale sous-jacente est une interrogation totale

L'interrogation en écho est une forme elliptique et pragmatiquement spécialisée de la subordonnée interrogative. Voir la page connexe Les subordonnées complémentales interrogatives.

Interrogation partielle

à quoi je songe ?
ce qu'il y a ?
ce que j'ai ?
ce que j'ai fait ?
ce que j'ai vu ?
ce que je lui reproche ?
ce que je vais lui dire s'il refuse ?
ce que je veux ?
ce qui me tracasse ?
comment je ferai ?
comment je sais que Pierre m'aime ?
où je me trouve en ce moment ?
où je suis allé ?
où je vous mène ?
pourquoi j'en parle tout à coup ?
pourquoi je déteste Paul ?
qui j'ai vu ?

Interrogation totale

si ça vaut la peine ?
si j'ai connu Édith Piaf ?
si je t'aime ?
si j'ai faim ?
si j'en ai beaucoup tué ?

On reprend en écho la question de l'interlocuteur, soit pour gagner du temps soit pour assurer l'interlocuteur du bien-fondé de la réponse.

La forme sous-jacente de l'interrogation en écho est une subordonnée interrogative dont la principale elle-même est une interrogation totale. Par exemple, la forme sous-jacente de

ce que je veux ?

est

{me demandes-tu, oui ou non, ce que je veux ?} ou
{est-ce ce que je veux que tu demandes ?}

¤ La principale sous-jacente est une interrogation partielle

La paraphrase de la réplique dans

dites-moi ce que vous croyez que j'ai fait - ce que vous avez fait à propos de quoi ?

pourrait être

à propos de quoi me demandez-vous de vous dire ce que je crois que vous avez fait ?

¤ Réplique à une injoction

couche-toi ! - que je me couche ?
tais-toi et réponds à ma question ! - que je réponde en me taisant ?

L'interrogation averbale

Formules usuelles, locutions figées

quoi de neuf ?
quelles nouvelles ?
à quoi bon ?

Demande de répétition d'une phrase mal comprise

Il existe un nombre de mots autonomes et de formules usuelles pour signaler la non-compréhension de ce que l'interlocuteur vient de dire.

comment ?
hein ?
pardon ?
plaît-il ?
quoi ?
s'il vous plaît ?
vous dites ?

Ellipse restituable

Souvent l'interrogation averbale est une ellipse aisément restituable dans le contexte du dialogue.

pour où ?
dans quel dessein ?
avec qui ?
pourquoi ?
depuis quand ?

Omission d'un verbe léger

Un verbe léger aisément restituable (être, y avoir, faire) est souvent omis.

à quoi bon ?
pourquoi cette hâte ?
quoi de plus simple ?
à qui la faute ?

Cela / ça dans l'interrogation elliptique

pourquoi cela ?
comment cela ?
qui cela ?
où cela ?
quand cela ?

Pourquoi pas ?, pourquoi non ?

Un nom isolé constituant une offre

Une interrogation qui se réduit à un nom isolé peut constituer une offre.

du café ?
un petit coup de main ?
une cigarette ?

Un nom isolé constituant une demande de renseignement

Une interrogation qui se réduit à un nom isolé peut constituer une demande de renseignement.

et la santé ?
et Madame ?

Reprise d'un fragment de la phrase prononcée par l'interlocuteur

On peut reprendre avec étonnement ou indignation un syntagme de la phrase que l'interlocuteur vient de prononcer.

je veux faire des études coraniques à Kaboul - des études coraniques à Kaboul ?

Interrogation hybride partielle-totale

à quelle condition le feras-tu ? si on te donne des garanties ?
pourquoi est-il parti ? parce qu'il s'ennuyait ?
quand chante-t-il ? quand il est de bonne humeur ?
je l'ai cru sur parole - car tu crois tout ce qu'il dit ?

Demande relâchée d'éclaircissement

La demande elliptique d'éclaicissement sur une proposition est gouvernée par des règles syntaxiques et sémantiques assez complexes. Son étude détaillée dépasse le cadre de ce travail. Nous nous bornons à quelques exemples représentatifs.

Ouoi et, dans une certaine mesure, qui sont des pro-éléments universels. Ils peuvent se rapporter à n'importe quel fragment du discours (mots, syntagme, fragment de mot, fragment de syntagme) que l'on cherche à faire répéter ou éclaircir.

attends pour voir - pour voir quoi ?
évidemment - évidemment quoi ?
tu lui en as parlé ? - parlé de quoi ?
tu ne peux pas tolérer cela - tolérer quoi ?
tu ne sais pas combien c'est difficile - difficile quoi ?
c'est la Saint quoi aujourd'hui ?
en voilà deux - deux quoi ?
il y en a un - un quoi ?
j'ai de l'endocardite - de l'endo quoi ?
laisse-moi, je triangule - tu quoi ?
le détachement des territoriaux qui fait les corvées au Q.G. du C.A. - au quoi ? - au quartier général du corps d'armée (Barbusse)
tout le prouve - tout quoi ?
tu ferais mieux de travailler - de quoi ?

bonjour qui ?
qui ça, ils ?
qui ça, les autres ?
qui ça, les mêmes ?
qui, ils ?
Ludwig van qui ? - Ludwig van Beethoven

La place de l'interrogation dans le discours

L'étude de la place de l'interrogation dans le discours se situe aux confins de la syntaxe et de la théorie du discours. Nous nous bornons à signaler quelques aspects saillants du problème.

Voir aussi l'examen des incidentes à la page connexe L'incidente.

Une proposition interrogative et une proposition non interrogative peuvent être coordonnées ou entrelacées.

à bientôt, et pourquoi ne prenez-vous pas votre sac ?
je ne la connais pas, mais est-ce que cela veut dire que je ne peux pas lui adresser la parole ?

L'interrogation est parfois intercalée dans une proposition énonciative.

le nouveau professeur - pour quelle cause ? - n'arrivera que la semaine prochaine
il travaille, mais avec quelle ardeur ?
c'est là un sentiment qu'elle s'était habituée, à l'aide de quels sophismes ?, à faire taire en elle (Proust)

L'interrogation intercalée est souvent une formule telle que qui sait, que sais-je.